Lundi 13 juin 2016

On ne va pas se fâcher pour des Truffes… !

On ne va pas se fâcher pour des Truffes… !

Le Piéton de Savignac a lu dans Sud-Ouest un « intéressant » article traitant d’un projet de rapprochement trufficole entre St Alvère et Sorges.

Il s’étonne que ces deux communes, par ailleurs fort éloignées l’une de l’autre, se targuent de posséder pour l’une des truffes équivalentes en qualité à Pétrus pour les Bordeaux et pour l’autre de disposer des meilleures truffes du Périgord.

Sorges, sous entend même, sur ses panneaux d’affichage que ses truffes seraient les « meilleures du monde »

Comment peut-on délibérément utiliser de tels qualificatifs sans contrôle.

Il ne suffit pas pour être le « meilleur » de détenir un monument à la gloire d’un produit ?

Ce projet de rapprochement est troublant, particulièrement de la part de Sorges qui préfère s’associer à une lointaine commune du Périgord noir plutôt que de mettre en avant les communes limitrophes qui approvisionnent très largement toute la saison son marché reconnu pour son ancienneté.

Notre Piéton toujours prompt à réagir souligne que beaucoup de communes dont Mayac, Excideuil, Coulaures, Corgnac, Cubjac et Savignac les Eglises ont toujours approvisionné copieusement le marché de Sorges.

Savignac aurait donc les meilleures « Truffes du Monde » elle aussi.

Il ne faut d’ailleurs pas oublier :

Qu’avant le Phylloxéras, Savignac était la commune dont la superficie plantée en vigne était la plus importante et que c’est précisément sur ces terrains rocailleux que se sont développées ensuite les truffières.

Que le Causse de Savignac est le plus important de la région et que l’on y trouve toujours beaucoup d’excellentes « Mélano »

Que la Truffe de Savignac est réputée depuis longtemps, puisque déjà dans le célèbre livre de cuisine dit le « LA MAZILLE » ont trouve dès 1929 la recette des « Œufs brouillés aux truffes de Savignac les Eglises » (page 91)

Oui, oui, vous avez bien lu….. aux truffes de SAVIGNAC.

Alors, comme dirait la mémé du Piéton de Savignac toujours réaliste et pleine du bon sens qui caractérise les vieux paysans du Périgord : Restons modeste, mais rendons à César ce qui est à César.