La viticulture

Les communes des causses périgourdins connaissaient une importante activité liée à la culture de la vigne. L’ensemble des zones de causse était planté de vigne et ce jusqu’au moment où le phylloxéra a ravagé le vignoble français. On appelait « vin de Sorges » le vin produit dans le canton de Savignac-les-Églises.

Présent depuis l’époque romaine, la vigne a perduré sur la commune jusqu’à nous jours. Le vin faisait partie de l’alimentation quotidienne des personnes et sa culture était un revenu non négligeable pour beaucoup de paysans. Le canton était très viticole jusqu’au milieu du XIXe siècle et l’arrivée des maladies de la vigne. Ces maladies, l’oïdium vers 1850, le phylloxéra vers 1863 et le mildiou vers 1896, commencent à toucher le vignoble français. L’oïdium et le mildiou se traitent grâce à la bouillie bordelaise. Le phylloxéra est plus problématique, touchant la commune vers 1870. Les parcelles ont été replantées avec des cépages américains dont les plus célèbres sont : le Noah 7, le Clinton, l’Herbemont, l’Isabelle, le Jacquez et l’Othello.

La culture de ces six cépages a été interdite, officiellement pour des raisons sanitaires. En effet, le taux de méthanol contenu dans le vin issu de ces cépages est plus élevé que dans celui de Vitis vinifera. Pourtant, une simple analyse permet de prouver que ce taux n’est pas si élevé qu’on le dit8. D’autre part, seule la fermentation du jus de raisin peut produire le méthanol ; on peut donc manger le raisin ou boire le jus sans risque.

Le contexte politico-économique du début du XXe siècle, notamment la surproduction, a amené à remettre en question la culture de ces cépages (voir la révolte des vignerons du Languedoc en 1907). On peut imaginer que la légende du Noah « qui rend fou et aveugle » a aidé les paysans à abandonner ce cépage productif et facile à cultiver, ne nécessitant pas de traitements phytosanitaires. Dans des régions vinicoles telles que la région nantaise, productrice de muscadet, sa réputation de « vin qui rend fou » reste tenace encore aujourd’hui.

Sur l’ensemble de la commune subsistent des murs et des cabanes de pierres sèches. Parce que le travail de la vigne était réparti sur l’ensemble du territoire communal et du fait de sa présence sur le causse, il y avait abondance de pierres. Les générations successives ont constitué tous les murs de pierres sèches longeant les chemins lors de l’épierrage permanent réalisé dans les parcelles de vigne. C’est aussi l’origine de la construction de toutes les cabanes que l’on trouve aujourd’hui : simples abris de travail, remises à outils ou habitats temporaires lors des gros travaux exigés par l’entretien des vignes.

Durant la guerre de 1914-1918, un manque de bras n’a pas permis d’entretenir l’ensemble du vignoble. Beaucoup de parcelles difficiles ou trop éloignées ont été abandonnées et sont revenues à la forêt. Les surfaces en vigne ont continué à décliner jusqu’à la décision d’interdire six plants de vigne en raison de leur prétendue dangerosité. Il convient de se rappeler qu’on est à l’époque de la naissance des traitements phytosanitaires, la viticulture connaît aussi une crise de surproduction sans précédent. Après 15 années de tergiversations, l’État français crée en 1935 l’INAO pour tenter de mettre un semblant d’organisation dans la viticulture française. La première mesure consiste à rendre la production de certains cépages impropre à la consommation afin de résorber des excédents.

Depuis, le territoire cultivé a été utilisé par une agriculture de poly-élevage avec une diminution très importante des actifs agricoles. L’arrivée en 1857 à Périgueux de la ligne de chemin de fer en provenance de Bordeaux, via Coutras, et la création ultérieure à Périgueux des ateliers de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans ont encouragé l’exode rural.