Avant le premier empire

Le territoire communal est occupé dès le Moustérien, comme le prouvent les vestiges retrouvés à l’abri de Pommier, sur les bords de l’Isle.

L’église actuelle dédiée à saint Martin porte en sa clé de voûte au-dessus du chœur un blason présentant : « d’azur à 3 cotices d’or au blason de Périgord brochant le tout » et la notice entourant celui-ci « Guy 1er Vicomte de Limoges père de Richard Abbé de Tourtoirac + MXXV + ». En effet, Richard était abbé de l’abbaye Saint-Pierre-ès-Liens de Tourtoirac qu’il aurait fondée au cours du XIe siècle. L’église de Savignac était sans doute un des premiers prieurés dépendant de l’abbaye. Ce pourraient être les vestiges d’un ex-voto à l’attention du vicomte Guy 1er qui a été inféodé suzerain de ce territoire au début des années 1030 pour contrebalancer l’autorité du comte du Périgord par le successeur de l’évêque Frotaire.

En 1120, la chapelle Saint-Christophe est mentionnée sous le nom de Sanctus Christoforus de Savinhaco parmi la liste des biens de l’abbaye de Tourtoirac dans une bulle du Pape Calixte II. La paroisse de Savignac dépendait de la châtellenie d’Auberoche, elle-même dépendant du château d’Excideuil qui était une des résidence des vicomtes de Limoges.

​ En 1555, on parle de Savinhac5. En 1680, la paroisse revient à la châtellenie des Bories et la famille de Saint-Astier qui y avait droit de basse, moyenne et haute justice. « Henri de Saint-Astier : Chevalier, seigneur des Bories et Sarliac, naquit en 1575 ; gentilhomme ordinaire de la chambre du roi Henri IV, il est qualifié haut et puissant seigneur ». En effet, depuis 1572, Henri de Navarre était héritier de la vicomté de Limoges.

Au XVIIe siècle, le village s’appelait Savignac-les-Deux-Églises.

En 1724, Louis XV, par des lettres patentes, déclare : « avons créé et établi, créons et établissons, quatre foires : le mardi de la mi-carême, l’octave de la Saint Laurent, Saint Christophe, l’octave de la Saint Martin comme aussi un marché qui sera tenu tous les mardis de l’année perpétuellement et a toujours ». C’est à cette époque, entre 1720 et 1750, que semble être désaffectée la chapelle Saint-Christophe.

En 1794, la commune de Saint-Privat-d’Excideuil fusionne avec Savignac-les-Églises. Les villages de Saint-Privat, La Peytelie et La Bourrelie, forts de leur population de 75 feux (environ 200 habitants), gonflent la population communale. Saint-Privat et La Peytelie possèdent également leurs églises. La commune possède donc quatre lieux de culte : l’église paroissiale Saint-Martin, la chapelle Saint-Christophe, la chapelle Saint-Privat et la chapelle Notre-Dame du Mont Carmel. Il subsiste encore à cette époque, en 1794, les vestiges de l’ancienne chapelle de l’hôpital à l’entrée sud du bourg.